dimanche 26 juillet 2009

Sous la mer

J'ai toujours aimé les livres illustrés de gravures. Le souvenir le plus ancien étant lié au dictionnaire Larousse en 2 volumes que mon père avait hérité d'une de ses tantes. Une édition pas si vieille que cela, des années trente mais pleine de ces images qui ont traversé sans bouger les décennies Larousse.
Depuis que j'ai des velléités d'artiste, je me roule sans précaution dans les ouvrages illustrés de gravures sur bois comme a su en produire le siècle d'avant, je veux dire le dix-neuvième !
Ces ouvrages sont pleins de vignettes parfois techniques, parfois mécaniques ou encore illustrant la faune et la flore.
Je me suis dit qu'entre deux pierres lithographiques je pourrais bien vous montrer cela. Je commence avec un livre que je viens à l'instant de me procurer :
Le Monde de la Mer par Alfred Frédol illustré de 21 planches sur acier tirées en couleurs et de 200 (oui) vignettes sur bois dessinées par P. Lackerbauer. L'édition est chez Hachette en 1865.
Vous dire tout de suite, malgré l'état un peu d'usage de la reliure c'est une merveille !
Les vignettes en noir des animaux marins offrent à mon regard des perspectives d'inventions incroyables. Ce qui est remarquable, et que les surréalistes ont su saisir (et Odilon Redon mon cher Odilon), c'est évidemment que sous la nécessité de réalisme se glisse la sensation d'étrangeté. Impossible si on ne connaît pas l'animal, le corail ou l'algue en question d'y voir autre chose qu'une création quasi abstraite et formellement imaginée.
Vous ajoutez à cela une qualité de dessin et de gravure inouïe et vous obtenez des œuvres toujours aussi vivantes aujourd'hui.
C'est mystérieux. C'est beau.
Les planches en couleurs sont, comment dire... invraisemblables.
Voyez par vous même. Parfois je glisse mon doigt sale pour vous donner l'échelle. Mesdames, messieurs le spectacle va commencer ! En bande-son : the history of Sparks.















1 commentaire:

Links a dit…

oui c'est délicat tout ça.