lundi 20 octobre 2008

la Méthode Bernadette




Vient de paraître un étonnant petit ouvrage aux éditions Matière : la Méthode Bernadette.
Cette méthode est constituée de centaines d'images en noir et blanc d'une beauté insoutenable rejoignant dans mon panthéon personnel les gravures sur bois de Vallotton. (voir ci-dessous)

Il s'agit d'images pieuses servant la cause catholique et ne tentant pas moins que raffermir le monde aux risques et périls de la société de consommation. Il s'agit d'une économie, d'une économie de moyens donc. Il s'agit donc d'une grande difficulté graphique car si qui peut le plus peut le moins il reste difficile d'atteindre un tel degré de perfection. Ce travail réalisé par les Sœurs Bernadette de Saint François de Sales est une mine incroyable. Une apothéose du noir contre le blanc, de l'encre contre le papier, du dedans contre le dehors. Il faudra rapprocher cette valeur du noir imprimé, j'entends sa valeur symbolique, à une page du journal de Fabrice Neaud dont le silence graphique commence à me peser. On attend le dernier volume Monsieur Neaud.
Mais ce qui fait mon intérêt pour ce livre c'est mon travail commencé en silhouette la semaine dernière. J'aime y voir un écho, une onde.

Mais je vois également dans les images de la Méthode Bernadette un écho à Chris Ware (voir ci-dessus) ou Paul Cox par exemple.
C'est beau, parfaitement édité et présenté. C'est je crois un beau livre de la rentrée. Merci à Monsieur Laurent Bruel pour cette découverte.



Voyez l'avancement de mes travaux, voyez le chantier du dessin parfois. Les outils se bousculent sur les bords de la pierre en strates parfois hasardeuses jusqu'à l'écœurement. C'est dans ces moments que je rêve soit d'un dessin généré directement depuis mon esprit, sorte de matérialisation cérébrale un peu démiurgique ("je suis Dieu") ou bien plus modestement d'une sorte d'outil universel, anthropomorphe et bio-design (Existenz) que je brancherais sur ma main pour faire couler telle une bile ou une morve mon génie créatif !
Mais non, il faut des taille-crayons, des pointes, des craies, des pinceaux sales aux manches poisseux, des Mecanorma et de l'encre de l'encre de l'encre...

2 commentaires:

Emilie Jacob a dit…

Oh la la. C'est de toute beauté, j'aime Vallotin, j'aime maintenant la méthode Bernadette. Quel découverte! mille mercis.Je dois le voir de mes propres yeux maintenant...

Emilie Jacob a dit…

Valloton oups